Burkina Faso : l'ambassade de France visée par un attentat

L'ambassade de France au Burkina Faso a été visée par un attentat, à Ouagadougou. Deux explosions ont retenti ce matin. Pas de victimes françaises mais le parquet de Paris a ouvert une enquête.
Par Ralph Bechani - NP
Publié le 2 mars 2018 à 16:28 Modifié le 4 mars 2018 à 12:40

Partager Facebook Twitter

 

Selon le Quai d'Orsay, des attaques ont visé, ce matin, plusieurs lieux à Ouagadougou, dont l'ambassade de France. Sur place, les forces de sécurité burkinabè sont mobilisées "contre les assaillants, avec le soutien des forces chargées de la sécurité de notre ambassade en vue de réduire la menace".

Dans le détail, trois suspects ont été tués dans l'attaque contre l'état-major burkinabé, et quatre autres "neutralisés" dans celle visant l'ambassade de France. Par ailleurs, plusieurs soldats seraient morts.

Le ministre des affaires étrangères, tient à assurer de son soutien "l'ensemble des personnels des services de l'État présents sur place". Une cellule interministérielle de crise a été immédiatement mise en place.

Jean-Yves Le Drian, qui a demandé à être informé en temps réel de l'évolution de la situation.

Le chef de la diplomatie française précise que des consignes de sécurité sont diffusées "au fur et à mesure" à l'attention des Français présents sur place. 

Selon un premier bilan, il n'y aurait pas de victimes françaises, et le parquet de Paris a ouvert ne enquête pour "tentative d'assassinats terroriste en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Les investigations ont été confiées à la direction générale des services intérieurs (DGSI), et aux policiers de la sous-direction antiterroriste (SDAT), selon les informations de l'Agence France Presse (AFP).

DERNIÈRE MINUTE 

Le "Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans", le GSIM, allié à Al Qaida, a revendiqué les attaques de vendredi à Ouagadougou, au Burkina Faso. Le bilan est de 8 morts parmi les soldats burkinabés et 8 assaillants ont été tués. 

Il s'agirait de représailles après une opération française au Mali, selon un message parvenu à l'agence privée mauritanienne Al-Akhbar.

Newest

Ralph Bechani

Journaliste


2018 © NP | Crédit photo : STR/EPA/Newscom/MaxPPP



Suivez-nous

  ico twit ico face Google LogoLinkedin



Podcasts

Podcasts


Le Fil Info


Photos

Maxppp


Newsletter


Web & Mobile

Bigstakes