Syrie : le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit en urgence

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence ce lundi après une attaque chimique présumée du régime de Bachar al-Assad, en Syrie. Cette nuit, des missiles ont frappé une base aérienne de Homs.
Par Ralph Bechani - NP
Publié le 9 avril 2018 à 7:15 Modifié le 11 avril 2018 à 7:04

Partager Facebook Twitter

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence ce lundi après une attaque chimique présumée du régime de Bachar al-Assad, en Syrie. Cette nuit, des missiles ont frappé une base aérienne de Homs. Pour le moment, impossible de dire s'il s'agit de représailles de Washington, Paris ou d'une attaque de l'armée israélienne.

Elle intervient deux jours après l'annonce d'une probable attaque chimique du régime de Bachar al Assad dans la Ghouta orientale. Hier, un groupe d'insurgés, des secours ainsi que des membres de l'opposition en exil ont accusé l'armée syrienne d'avoir mené une attaque chimique, samedi, à Douma. 

Selon la télévision syrienne, l'attaque a visé la base de Tiyas, située entre les villes de Homs et Palmyre, dans le centre du pays. Elle aurait fait plusieurs morts et de nombreux blessés. 

De son côté, le Pentagone affirme que les Etats-Unis "ne mènent pas de frappes aériennes en Syrie pour le moment" alors que le président Donald Trump a promis ce dimanche de faire payer "le prix fort" au régime de Bachar al Assad pour ce bombardement chimique présumé.

La ligne rouge

C'est dans ce contexte que le Président français Emmanuel Macron, qui a menacé la Syrie de représailles en cas de nouvelle attaque chimique avérée, et Donald Trump se sont entretenus dimanche soir au téléphone pour discuter de la situation en Syrie.

Selon un communiqué de l'Elysée, les deux chefs d'Etat se sont entendus pour "coordonner leurs actions et leurs initiatives au sein du Conseil de sécurité des Nations unies", qui doit se réunir lundi après-midi à New York. Dans ce dossier, Emmanuel Macron n'a pas hésité à parler de "ligne rouge" à ne pas dépasser. 

Enfin, les deux présidents sont convenus de rester "étroitement" en contact et se reparleront dans les "quarante-huit prochaines heures".

DERNIÈRES MINUTES

Lundi, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, l’adjoint à la Haut-Représentante des Nations Unies pour les affaires de désarmement, Thomas Markram, a précisé que "selon les informations parvenues la veille, au moins 49 personnes auraient été tuées et des centaines d’autres blessées lors d’une attaque à l’arme chimique".

Et de préciser que "plus de 500 personnes présenteraient des symptômes" confirmant une telle attaque. 

Entre temps, Londres, Paris et Washington ont mis en cause le Kremlin, accusant Moscou d'"ignorer les bombardements de son allié", selon l’ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley. 

En réponse, l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia dénonce "une mise en scène" et a rejeté le projet de résolution proposé par les Etats-Unis. Il contient, selon lui, "des éléments inacceptables" qui rendraient les choses "pires".

Aujourd'hui, le Conseil de sécurité va une nouvelle fois faire passer ce texte, qui a peu de chance d'être voté. 

Mercredi 11 avril 2018

Le Conseil de sécurité de l'ONU reste impuissant. Ce mardi, Moscou, allié de Bachar al-Assad a une nouvelle fois opposé son veto à un projet de résolution. Le texte prévoyait notamment la création d'un mécanisme d'enquête international.

Douze pays ont voté pour, dont la France alors que la Bolivie et la Russie ont voté contre et que la Chine s'est abstenue. 

C'est dans ce contexte qu'hier soir, Emmanuel Macron a déclaré que la France annoncerait "dans les prochains jours", avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, sa décision quant à une éventuelle riposte militaire contre les "capacités chimiques" du régime syrien.

Newest

Ralph Bechani

Journaliste


2018 © NP | Crédit photo : Ammar Safarjalani MaxPPP / Newscom / MaxPPP



Suivez-nous

  ico twit ico face Google LogoLinkedin



Podcasts

Podcasts


Le Fil Info


Photos

Maxppp


Newsletter


Web & Mobile

StudioNewsTransparent